Ingénierie du son

Tour d’horizon


L’ingénieur du son, parfois nommé au cinéma le chef-opérateur du son, ou monteur du son (en anglais, sound mixer, production sound mixer, sound recordist…) est le responsable de la prise de son sur le tournage, travaillant en étroite collaboration avec son assistant, le perchman.

Le monteur du son est aussi en charge du montage son. Il rassemble et assemble d’une façon harmonieuse les éléments sonores d’un film : dialogues synchrones (son direct), dialogues en son seul (enregistrés sur le tournage, hors caméra), dialogues postsynchronisés, bruitages, ambiances, effets sonores, musiques, dont la somme, mise en œuvre et mélangée par le mixeur, deviendra le mixage final du film.

Dans la dernière étape de postproduction, le monteur du son, comme mixeur son du film, procède au mélange des éléments sources d’origines diverses, apportés par :

-Les sons « directs » (quand il y en a un), afin de corriger, nettoyer et améliorer le son des dialogues après le montage image ;
-Les meilleurs sons (effets et ambiances) pouvant enrichir la bande sonore et s’adapter au scénario et à la narration d’un film ;
-Les bruitages (dans les grandes distributions sont enregistrés par un bruiteur, montés par le monteur son) ;
-Les postsynchronisations des dialogues enregistrés après le tournage ;
-La musique ; il en gère la balance et les couleurs ainsi que l’espace sonore.

Objectifs


Le programme de formation a pour but de développer les compétences et les capacités nécessaires au monteur son afin de pouvoir «monter» différentes sources (son, musique, bruits, etc.) et les ambiances pour les versions originales et internationales (avec les bruitages spécifiquement enregistrés).

L’étudiant pourra ainsi apprendre de façon détaillée les pratiques professionnelles du métier de monteur son :

-Préparer le matériel et contrôler son fonctionnement
-Gérer, organiser et synchroniser les « rushes ».
-Extraire et monter les prises de son sélectionnées.
-Préparer et suivre le mixage.
-Vérifier en permanence la qualité technique et artistique du son.
-Réaliser les différentes copies jusqu’à la copie « standard », « antenne » ou « zéro »

Cursus


L’école privilégie un apprentissage pratique, c’est-à-dire « apprendre en faisant ». Dans notre cursus, l’étudiant sera impliqué dans différentes situations (fictives ou réelles) afin d’utiliser les compétences acquises en les faisant évoluer tout au long de sa formation.

L’enseignement sera dispensé par cycle d’apprentissage. Le cursus d’un cycle aboutira à la réalisation d’un projet. Le projet peut être individuel (comme un exposé sous forme écrite) ou collectif (intégré dans la réalisation d’un film).

Cette formation s’articule sur 5 cycles d’apprentissage (entre 6 – 8 semaines par rythme scolaire) pour une année d’études rythmées par des projets individuels sur une thématique imposée par la direction des écoles.

L’étudiant sera placé en situation de résolution de problèmes, participant ainsi activement au déroulement de son processus d’apprentissage. Le cursus est caractérisé par des études de cas pratiques. La formation aboutira à l’élaboration par l’étudiant, futur monteur son, d’un projet de dossier de réalisation d’un film (long ou court) qui tienne compte du réalisateur.

Dans la réalisation de chaque projet, qui se décline sous la forme de modules, il est procédé à des initiations théoriques et techniques qui seront couplées à des cours d’histoire et d’esthétique du cinéma et d’adaptation scénaristique.

Aspects Pédagogiques


L’organisation par cycle d’apprentissage permet aux étudiants d’apprendre d’une manière inductive, en tirant des conclusions à partir de l’expérience vécue.

L’organisation modulaire permet le développement d’une approche des principes et techniques abordés dans les différentes cours et ateliers: initiation pratique à l’image, au son, au montage, observation, écriture, introduction à la technique du plateau et analyse.

L’étudiant pourra ainsi appréhender de manière globale et créative les outils d’observations et la connaissance de la réalité ainsi que les spécificités et qualités requises pour le travail en équipe.

En règle générale, l’évaluation sera effectuée tout au long de la formation (épreuves partielles, présence, participation, etc.). Un module d’un cycle (couplé à un projet spécifique) sera acquis par la présentation réussie d’une épreuve finale (ou une somme d’évaluations partielles).

La validation finale de chaque cycle d’apprentissage doit correspondre à l’acquisition d’au moins 80% des modules ainsi qu’à l’obtention minimale de la mention « satisfaisant » pour que le projet de fin de cycle soit validé par le collège des enseignants.

Prérequis et Exigences


-avoir de l’intérêt pour les harmonies sonores et pour la musique de films;
– être à l’aise devant les appareillages sophistiqués;
– avoir de la facilité à mémoriser des sons et des musiques de films;
– avoir l’oreille musicale et une sensibilité certaine aux harmoniques sonores;
– avoir de la facilité à exprimer et à défendre son opinion sur des séquences sonores.

Dans le cadre d’une réalisation filmique par exemple, l’ingénieur du son commence par enregistrer les différents ingrédients d’un morceau avant de les mixer dans un assemblage sonore qui va prendre du sens et faire corps à la musique du film en question.. Il travaille alors sur la couleur des sons qu’il a enregistrés pour qu’ils traduisent le plus fidèlement possible l’univers de l’artiste ou du réalisateur.

Brevet


Les principes techniques et introduction à l’acoustique de base
Introduction à la production musicale
Introduction aux techniques d’enregistrement et de production
Introduction à l’évènementiel et à la sonorisation en live
A l’issue de la formation, l’étudiant devra intervenir comme ingénieur son dans au moins trois réalisations filmiques.
NB : les bandes sonores produites dans les cadre de la formation appartient aux étudiants qui ont réalisé les harmoniques sonores.